Une femme, Annie Ernaux

 

Une femmeRésumé : Le lundi 7 avril 1986, la mère d’Annie Ernaux meurt dans une maison de retraite. Frappée de stupeur par cette mort que malgré l’état de sa mère elle s’était refusée à imaginer, Annie Ernaux s’efforce de retrouver la vie de celle qui était l’image même de la force active et de l’ouverture au monde.


Avis : J’ai lu ce livre pour l’école, j’ai beaucoup de mal avec le fait d’être obligée de lire pour les cours, pourtant, je l’ai aimé, j’ai apprécié ce roman. « Une femme » est critiqué par beaucoup car il est presque identique à l’un de ses précédents romans « La place » qui parle de son père.

Je m’en rends compte en écrivant ces lignes que je fais cette critique de manière très scolaire, mais je ne peux pas faire autrement.

Une manière pour Annie Ernaux d’accepter par l’écriture, accepter la mort, la perte d’un être aimé. Elle essaie plus que tout de faire son deuil. Le livre retrace la vie de sa mère, son enfance, l’âge adulte, le moment où elle tombe malade…

Par ce roman l’auteur se lie avec sa mère, elle parle des bons moments sans pour autant cacher les plus durs. Elle dépeint le visage d’une mère qui veut plus que tout au monde le bonheur de sa fille et qui est prête à tout pour la voir réussir.

Ce livre est réel et universel. Annie Ernaux ne nous trompe pas sur la mort, sur la dureté de l’acceptation et du deuil. Très crue dans sa façon d’écrire, c’est, d’après moi, une manière de prendre de la distance avec ce qu’elle écrit. Certains pourraient la trouver froide mais je la trouve seulement désespérée et profondément peinée.


Je vous laisse avec un passage que j’aime bien :

« Il me semble maintenant que j’écris sur ma mère pour, à mon tour, la mettre au monde. »

Publicités

Portrait de la jeune fille en feu

Date de sortie : 18 septembre 2019Portrait de la jeune fille en feu

Durée : 2h00

De : Celine Sciamma

Avec : Noémie Merlant, Adèle Haenel

Genres : Drame, historique


Résumé : 1770. Une jeune peintre, Marianne. Elle doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de quitter le couvent. Héloïse résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne va devoir la peindre en secret. Introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, elle la regarde.


Avis : Comment expliquer ? Assise dans une salle de cinéma, les yeux fixés sur l’écran, je me suis pris une claque. La beauté, la justesse de ce film me sont arrivées en pleine figure. Je me suis noyée dans cette époque, dans cette maison qui craque où il doit faire si froid le soir.

Je ne sais pas comment faire pour décrire ce film sans tomber dans les citations toutes faites des magazines.

On n’est jamais prêt à ce qu’on va voir, je ne l’étais pas et quelque part je ne le suis toujours pas. Les mots me manquent pour décrire cet amour, et quel amour ! Quel amour est plus fort que celui ci ? Éternel ou éphémère.

Vous avez évidemment compris, c’est un recommandation. Un titre comme je les aime, beau et attachant, une couverture qui dit tout sans qu’on n’en sache rien. Un film avec seulement 2 bandes son. Les moments de silence, seulement brisés par le craquement du parquet ou les vagues qui déferlent sur la plage. Les regards, dans cette œuvre, sont puissants, ils font que le film est si beau, si esthétique. En parlant d’esthétique, les paysages sont à couper le souffle, la couleur globale très bleu est ce que je préfère dans les films.

Je vous ai parlé des actrices ? Un duo de génie, des actrices parfaites qui arrivent avec tellement de justesse, à nous parler sans dire un mot, à nous faire pleurer avec un simple regard, une simple expression du visage.

Jamais je ne pourrai finir correctement cette critique car il y a encore tellement de choses à dire. Regardez le en oubliant tout ce que je viens de vous dire. Regardez le en ignorant tel que je l’étais quand je suis rentrée dans cette salle de cinéma.

 

Films du mois #1 Septembre

Bonjour à partir de ce mois-ci je publierais le dernier du mois les films que j’aurai vu pendant le mois et je les noterai sur 5 étoiles. Cela me permettra de vous conseiller des films sans forcément vous faire une critique, bien sure je ferai un billet sur certains d’entre eux.

En attendant voila ma liste du mois de septembre :

Les hirondelles de Kaboul, Zabou Breitman, Eléa Gobbé-Mévellec    ⭐⭐⭐⭐ (cinéma)

The Ryan initiative, Kenneth Branagh     ⭐⭐

Batman The dark knight, Christopher Nolan     ⭐⭐⭐

Julie & Julia, Nora Ephron      ⭐⭐⭐⭐

Une fille facile, Rebecca Zlotowski     ⭐⭐⭐  (cinéma)

Dirty dancing, Emile Ardolino    ⭐⭐

La part Obscure, Anthony Byrne    ⭐⭐⭐

Tall girl, Nzingha Stewart    ⭐

Le prince et moi, Martha Coolidge  

Portrait de la jeune fille en feu, Celine Sciamma     ⭐⭐⭐⭐⭐  (cinéma)

Pitch perfect 2, Elizabeth Banks   ⭐⭐⭐

Step sister, Charles Stone III   

The international, Tom Tykwer   ⭐⭐⭐

At eternity’s gate,  Julian Schnabel   ⭐⭐

Ad Astra, James Gray   ⭐  (cinéma)

Hitch, Andy tennant ⭐⭐⭐

Un jour de pluie à New York, Woody Allen  (cinéma)

 

 

A la folie

 

Souviens-toi,

Pas d’attaches, pas d’artifices

Et surtout pas de sentiments.

Souviens-toi,

De nous deux, de nos doigts entrelacés

De mes lèvres sur les tiennes.

Souviens-toi,

Comme je t’ai menti,

Pas d’attaches, pas d’artifices

Et surtout pas de sentiments.

Je te l’avais promis

Souviens-toi,

Tu es partie.

Tu m’as laissé seul

Avec mes sentiments.

Saletés de sentiments.